Les raccourcis, suite et fin.

Salut à tous, me revoilà ! Je suis de retour pour la suite de mon article sur les raccourcis. Mon compte Trados sur Translationzone se refuse à reconnaître ma version de 2015, un tantinet désuète, et m’interdit ainsi tout accès à l’appstore. Le résultat : bien que gratuites, les applications « insert symbols » et « transtools » me sont inaccessibles. Du coup, de quoi vais-je pouvoir parler pour cette suite de notre épisode sur les raccourcis ?

J’ai choisi de vous faire part de mon verdict sur Transtools Utilities, qui n’est pas juste une extension pour Trados, et qui est compatible uniquement avec la suite Microsoft Office. Étant un grand amateur de LibreOffice, je ne vais pas cacher ma double déception face à cette nouvelle.

À ce sujet, mon verdict est sans appel, je lui attribue l’honorable note de « pas mal mais peut mieux faire ». L’application est facile d’utilisation, personnalisable et possède un espace à part consacré uniquement aux guillemets des différents pays. On y trouve même en supplément des options qui permettent de transformer Word en outil de TAO. La qualité y est bien moindre par rapport à Trados, mais celui-là a le mérite d’être entièrement gratuit.

Le véritable problème que je vois au niveau de l’ergonomie concerne la subdivision des boutons. Pour faciliter l’utilisation, il est nécessaire de rassembler les tâches par fonction et de permettre à l’utilisateur de réaliser chaque tâche en un minimum d’action. En ce sens, le système d’onglet de Word vient complexifier inutilement le concept du « raccourci ». Plutôt que de devoir utiliser l’onglet « complémentaire », il aurait été plus pratique de faire fusionner le bouton des caractères spéciaux avec la barre de la police. Ensuite, au lieu d’appuyer sur un bouton qui va faire apparaître un menu qui disparaîtra à chaque utilisation, il aurait été plus ergonomique d’avoir une barre contenant tous les raccourcis, au même titre que l’alignement du texte par exemple. Malgré tout, cela reste une bonne alternative à l’Unicode.

Ceci conclue cette partie sur les raccourcis qui ne concerne peut-être pas directement la TAO, mais qui j’espère apportera des solutions aux problèmes que l’on rencontre en traduisant avec ces outils. Sur ce je vous laisse. Pas de kakemphaton sur le mot « optimal », je ne voudrais pas vous lasser. Pour cette fois, je vais prendre mon mal en patience.

Démarrez une conversation