Traducteur indépendant : la recette miracle et « réelle »

Bien le bonjour chers lecteurs !
Ayant toujours envie de m’improviser documentaliste à mes heures perdues, ce qui paraît dérisoire j’en conviens, mais qui vous semblera tout de même toujours plus sympa que de demander « conseils » en matière de « recherche » à des fonctionnaires de BU aigris et à peine bons à faire le piquet à côté d’étagères remplies de dictionnaires, j’ai éprouvé l’envie de vous soumettre un nouvel ouvrage traitant des solutions clefs à connaître pour percer dans le milieu des traducteurs indépendants, j’ai nommé : How to succeed as a Freelance Translator, livre écrit par Corinne McKay (Ci-contre photo de la première de couverture).

Comme vous l’aurez sûrement déjà compris, dans cet ouvrage, il est question de problématiques d’orientation, à l’instar du sujet traité dans le dernier article précédant celui-là, mais abordées cette fois sous l’angle de la comparaison, je dirais même, de la confrontation entre, d’une part, les mythes et les croyances de notre bonne vieille opinion publique, bien pensante, sur cette profession et sur le marché dans lequel elle s’inscrit, et d’autres part, sur ce qu’il en est réellement des ficelles de ce métier.

Ainsi, si vous êtes un jeune fraîchement diplômé, sortant d’une fac de traduction, et titulaire, au minimum, d’une licence dans le cadre de ce type d’études, je vous recommande chaudement cette œuvre, mettant en avant toutes les questions à se poser et les stratégies à mettre en oeuvre pour se faire rapidement remarquer des clients, en vue d’être apte à se lancer définitivement dans le milieu de la traduction, se faire payer en tant que traducteur indépendant, etc. ce livre est fait pour vous et s’inscrira telle une aide, même une fois votre vie professionnelle démarrée, pour devenir un traducteur freelance accompli.

En résumé, ce livre constituera, rien qu’à lui seul, un guide pédagogique tout à fait compréhensible et qui, à aucun moment, ne perd de vue la réalité économique de la conjoncture dans laquelle vous serez destinés, et ainsi, une fois toutes les idées clairement structurées « en ordre de bataille » dans votre esprit, vous aurez tout le loisir du monde pour « guerroyer » contre certains cours de traduction donnés par quelques professeurs « démagos » dépassés et ne comprenant plus rien depuis longtemps, ni à la finalité de leur profession, ni à l’art de l’exécuter.
A méditer donc…
Bonne lecture.
La Rédaction

Benjamin Parmentier