Traduction automatique : au secours! L’émergence d’un nouveau fléau « hilarant »

Conforme aux standards actuels que la production télévisée tient pour référence en vue de faire de l’audimat, l’argent devient le nerf de la guerre et toute forme de « sacrifice » est bon à mettre sur l’autel de la visibilité sur le petit écran; y compris la qualité des traduction de produits étrangers et/ou d’interprétation de talkshows non francophones.

Ainsi, vous aurez compris qu’une traduction n’a, selon de tels « critères », pas besoin d’être bien faite mais seulement de faire réagir ou, au moins, d’attirer l’œil. Par exemple, envie de vous renseigner sur une nouvelle machine à laver? Alors que vous êtes malade? Quelle excellente idée!
Selon une traduction trouvée dans un tweet, il existerait une machine qui « lave le rhume séparément ! » Bonne affaire n’est-ce pas?
En effet, c’est en tout cas ce que promeut la traduction automatique pour le segment source « Machine wash cold separately » alors qu’il aurait plutôt fallu écrire « Laver en machine séparément à froid ». Mais pourquoi donc faire une traduction « propre » quand vous pouvez « faire du sale » en étant drôle?

Pas assez tordant à votre goût? Vous préférez peut-être le séchage? ou bien l’intérieur de l’Empire du Milieu? On a ce qu’il vous faut!
L’article continuait avec d’ autres exemples dignes d’un bon vieux Google Trad d’il y a quelques années à travers « Do not dry clean » traduit par « Ne pas sécher propre » ou encore « Made in China » par « Fabriqué dans Chine »
(Remarquez, ça pourrait être classe pour promouvoir local…).

En définitive, entre un petit passage au dressing et un à la blanchisserie, n’oubliez pas de prendre votre petite dose TA/TAO!

Bonne lecture.
La Rédaction.
Legeay Alexandre
Löffel Johan
Parmentier Benjamin