Traduction vs prononciation: Solution Translatotron!

Mi-mai, Google a présenté un tout nouvel outil qui pourrait à terme, selon le géant californien, assurait l’avenir de Google Traduction.

Pourtant, vu la réputation (pour le moins douteuse et peu fiable) du moteur de recherche en matière de langues étrangères, et surtout pour ce qui est du domaine exigeant de la traduction, on voit mal comment, à l’avenir, Google traduction pourrait bien faire le poids face à d’autres sites concurrents comme Deepl, Pons ou encore Linguee, qui eux, semblent vraiment avoir le vent en poupe au regard de la satisfaction qu’ils apportent, notamment auprès des experts du milieu.

Mais malgré ce retard, Google reste confiant avec Translatotron, son nouvel outil, encore en phase d’expérimentation.
Selon les dires des chercheurs de Google, au-delà des mots et du lexique de base, Translatotron est capable, via l’intonation, la cadence de la voix, ou encore l’accent d’une personne, de traduire un discours audio de « bout en bout ». C’est apparemment le premier outil de traduction à être capable d’une telle chose.

Donc, c’est bien beau, mais comment cela fonctionne-t-il précisément ?
Il s’agit en fait d’un outil basé sur l’intelligence artificielle ne consistant pas seulement à traduire, de manière succincte, les mots que vous dictez à l’oral, mais retranscrivant également toute la tessiture de votre voix (accent, vitesse d’élocution, intonation) en vue de « vous conférer un accent parfait ».
De plus, cet outil de traduction de « bout à bout » ne semble vraiment pas usurper son appellation étant donné qu’il peut, par reconnaissance vocale donc, traduire un discours audio d’une langue source directement par un discours audio d’une langue cible, et ce, sans avoir à passer par un support textuel.
En outre, tout ceci est rendu possible par la technologie car Translatotron ne se base pas sur des données audio mais carrément sur des données de spectrogramme (représentation visuelle du son).
Résultats des courses : Un net gain de temps grâce à la rapidité d’exécution de Translatotron mais aussi l’assurance de trouver moins d’erreurs vu que les étapes intermédiaires, d’une langue à l’autre, sont limitées.

Alors en définitive, plus d’excuses de se décourager dans votre apprentissage des langues étrangères désormais; que vous ayez un accent pourri, comme « la paille au nez » à l’instar de Napoléon ou un accent de cul-terreux pêcheur de grenouilles à la meusienne, ce ne sera plus une fatalité pour vous si, en phonétique, vous avez un niveau d’étron, car il existe à présent la solution : Translatotron!

Si vous êtes toujours là, que vous vous soyez sentis visés par cette présentation ou non, et/ou que vous êtes intrigués par cette innovation, je vous invite à regarder de plus près ci-contre.

Bonne lecture.
La Rédaction
Legeay Alexandre
Löffel Johan
Parmentier Benjamin

Laisser un commentaire